Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 17:42

La bourgeoisie française est l'une des plus féroces au monde. Jules Guesde disait en 1889 déjà que «Notre bourgeoisie est la plus dure et la plus impitoyable de toutes les bourgeoisies» (1). Aujourd'hui encore la répression qu'elle exerce sur la classe ouvrière et même sur tout mouvement progressiste est toujours aussi brutale. Cette situation, dangereuse pour les travailleurs et pour tous les exploités, est le fruit des circonstances et des rapports sociaux engendrés par la lutte des classes aujourd’hui en France. Macron profite de ces circonstances pour servir les intérêts de ceux qui l'ont hissé à la tête de l’État et pour réprimer tous les mouvements qui lui résistent.

C'est dans ce cadre général qu'il faut situer la vague de perquisitions dont ont été victimes Jean-Luc Mélenchon, plusieurs de ses collaborateurs ou ex-collaborateurs, la France insoumise (FI) et le Parti de Gauche le 16 octobre 2018.

 

Précisons que ces perquisitions sont l'émanation du ministère de la justice donc du  gouvernement d'Edouard Philippe et du président Macron. Ces ordres sont exécutés par le parquet qui, rappelons-le, dépend directement de ce ministère. Le judiciaire est ainsi soumis à l'exécutif ! Le principe sacré de la séparation des pouvoirs cher à Montesquieu est une chimère. Elle n'a de sens que par rapport aux seuls intérêts de la classe dirigeante.

La société française s’enfonce lentement dans un régime qui n’a de démocratique que la forme, qui paupérise des franges de populations de plus en plus larges, étouffe petit à petit le peu de libertés qui restent encore aux citoyens et réprime toute velléité de résistance.

Macron et son gouvernement qui sont aux abois aujourd'hui ne supportent aucune critique ni aucune opposition qui va dans le sens des intérêts de l’immense majorité de la population. La répression qui s'abat sur la France insoumise et son leader Jean-Luc Mélenchon est la même que celle qui s'exerce sur les syndicats et les organisations politiques qui s'opposent à sa politique de classe. Il ne s'agit donc nullement d'une opération de « justice » mais bel et bien d'un acte politique. Ce n'est pas un hasard si le pouvoir politique mène des attaques violentes contre la France Insoumise. Celle-ci reste la première force de gauche en France aujourd'hui. Jean-Luc Mélenchon et son mouvement ont obtenu au premier tour des élections présidentielles de 2017 plus de 7 millions de voix (7 060 885), soit près de 20 % des suffrages exprimés (2).

Cette dynamique créée par la France insoumise présente un certain danger pour la bourgeoisie qui ne supporte ni ne tolère la moindre opposition progressiste et décide à y mettre le holà. La répression qui s'abat sur ce mouvement est aussi un avertissement adressé à toutes les organisations qui cherchent à contrer cette politique exclusivement consacrée au service des plus riches. La casse du service public, du statut des cheminots, des fonctionnaires, les privatisations à répétition, le démantèlement du code du travail, du système de retraite... montrent à quel point ce régime autoritaire méprise les classes populaires, « les gens de rien » comme il aime à dire. Macron est décidément le président des riches.

Dans la France d'aujourd'hui, Mélenchon est devenu l'homme à abattre. Le pouvoir fascisant de Macron mobilise contre lui tout son appareil répressif et médiatique.Tous les médias au service de l'ordre établi participent lâchement au lynchage de la France insoumise et de son président. Dans les médias bourgeois, y compris ceux qui prétendent être de gauche, l'hystérie est à son paroxysme. L'hypocrisie, l'opportunisme et le cynisme ont rarement atteint une telle intensité. C'est normal dans une société fondée sur la lutte des classes.

Il faut une grande dose de naïveté pour croire aux valeurs véhiculées par l'idéologie bourgeoise comme l’État de droit, la séparation des pouvoirs, la liberté d'expression, l'égalité entre citoyens etc. etc. Dans la société capitaliste, la bourgeoisie c'est à dire la classe sociale qui vit du travail des autres, possède non seulement les moyens de production mais aussi tous les instruments de coercition qui lui permettent de garder le pouvoir et de soumettre à sa domination toutes les autres classes. Évidemment, la société bourgeoise nie être une société de classe et répand à travers ses médias notamment ses valeurs de justice pour tous, de liberté pour tous etc., pour tromper les masses opprimées et exploitées.

Mélenchon n'est pas un marxiste, loin s'en faut, et pourtant il subit aujourd'hui les foudres de cette bourgeoisie l'une des plus brutales comme disait Jules Guesde. Car en période de crise, cette classe montre son visage hideux et réprime la moindre contestation, la moindre résistance à sa sa politique (3).

On peut critiquer M. Mélenchon et son mouvement sur sa vision de la société, son programme et sur tout ce que l'on voudra, mais ce n'est vraiment pas le moment. Le rapport de force aujourd'hui est du côté du capital. Il faut non seulement dénoncer partout cette odieuse agression contre la France insoumise et son leader, mais aussi se battre, dans la phase actuelle, avec toutes les forces de gauche, en dehors de la social-démocratie, qui œuvrent un tant soit peu à l'émancipation des masses populaires.

 

Mohamed Belaali

 

------------------------------

(1)Cité par Tariq Ali dans Les dilemmes de Lénine, page 167

(2)https://www.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-elections/Election-presidentielle-2017/Election-presidentielle-2017-resultats-globaux-du-premier-tour

(3)http://www.belaali.com/2018/10/le-visage-hideux-de-la-bourgeoisie-en-temps-de-crise-acte-ii.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires