Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 10:45

«Ce que révèle cette pandémie, c'est qu'il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché» ! E. Macron

 

Les thuriféraires du libéralisme ne sachant comment faire face à cette double crise, sanitaire et économique, tiennent des discours et prennent des mesures qui vont paradoxalement à l'encontre de leurs dogmes idéologiques en faisant appel à l’État ; celui-là même qu'ils ont décrié, fustigé et haï depuis Smith, Ricardo, Mill ( père et fils), Walras, Friedman etc. Le marché, disaient-ils, est autorégulateur grâce à la loi de l'offre et de la demande jugée infaillible, naturelle et, partant,

universelle. Toute intervention de l’État ne ferait que perturber cette parfaite harmonie. Même en période de crise, l'intervention de État est à éviter ! «Dans la crise actuelle, l’État n’est pas la solution à notre problème; l’État est le problème» disait Ronald Reagan dans une célèbre formule le 20 janvier1981, le jour de son investiture (1). Hors du marché donc, point de salut !

Mais voilà que la réalité vient de leur montrer et d'une manière éclatante l'incapacité de ce même marché à réagir face à cette situation. Ils constatent ébahis que le marché tant vénéré et adulé ne leur est d'aucun secours. Ne sachant plus à quel Dieu se vouer, ils se retournent désespérés vers cet État qu'ils vilipendaient pourtant chaque jour. Ainsi le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire ne disait-il pas hier encore à l'occasion des privatisations des Aéroports de Paris et de la Française des Jeux que «L'Etat n'a pas vocation à diriger des entreprises concurrentielles» (2) . Mais aujourd'hui, il déclare juste le contraire «Si pour protéger notre patrimoine industriel il faut aller jusqu'à la nationalisation de certaines entreprises parce qu'elles seraient attaquées sur les marchés, je n'aurai aucune hésitation» (3).

Même discours en Italie où le gouvernement veut également nationaliser la compagnie aérienne Alitalia incapable de faire face à ses difficultés (4).

«Nous devons protéger Boeing» annonce de son côté Donald Trump. Après le sauvetage de General Motors et Chrysler pour éviter la mort de l'automobile américaine, il y a quelques années, les Etats-Unis s'apprêtent aujourd'hui à aider leur secteur aérien (5) ainsi que toute l'économie américaine (6).

Le premier ministre canadien Justin Trudeau lui aussi est prêt à apporter son aide aux entreprises et aux entrepreneurs de son pays : «Nous reconnaissons qu’il y aura des conséquences pour les entreprises canadiennes, les entrepreneurs canadiens, et nous chercherons toujours des moyens de minimiser cet impact et peut-être d’apporter une aide quand cette aide sera nécessaire» (7).

On peut multiplier les exemples de cette intervention de l’État dans les affaires économiques privées. Et plus la pandémie dure dans le temps et plus cette intervention étatique devient évidente et massive (8).

Précisons tout de même que ces interventions se font bien évidemment avec les impôts des contribuables, notamment des plus démunis d'entre eux. Et si cela ne suffit pas, l’État peut toujours recourir à l'emprunt ou, à travers les Banques centrales, à la fameuse planche à billets (9).

Cette dernière pratique est, là encore, en totale contradiction avec la doxa libérale, car génératrice de l'inflation. Pour les libéraux en effet, tout écart entre les richesses réelles et la monnaie en circulation se traduit inévitablement par l'augmentation des prix. «l'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire en ce sens qu'elle est et qu'elle ne peut être générée que par une augmentation de la quantité de monnaie plus rapide que celle de la production» disait avec beaucoup de certitudes Milton Friedman, un des gourous des libéraux et conseiller économique du dictateur Pinochet.

 

 

Cette crise, comme celles qui l'ont précédée, révèle au grand jour l'immense contradiction entre une pensée qui a fait du rejet de l’intervention de l’État son fondement, et une pratique qui érige ce même État en gestionnaire essentiel des affaires privées des classes privilégiées. Car pour les salariés, il ne viendrait jamais à l'esprit d'un chef d’État de dépenser des milliards pour sauver leurs emplois. Bien au contraire. Ils les détruisent volontiers en privatisant les services publics et en laissant faire le marché lorsqu’il s’agit des entreprises privées. Un ancien premier ministre, Lionel Jospin, qui se considère pourtant «socialiste», ne disait-il pas, face aux licenciements de milliers d’hommes et de femmes (7 500 exactement) par Michelin, que «l’Etat ne peut pas tout». Macron, quant à lui, se targuait de pouvoir supprimer 120 000 postes de fonctionnaires une fois à la tête de l’État (500 000 pour le candidat F. Fillon).

 

Mais cette contradiction entre la théorie et la pratique n'est qu'apparente. Il s'agit d'une opposition

entre des éléments appartenant à la même logique, celle des intérêts de la classe dominante. Car dans le système capitaliste, interventionnisme et libéralisme, sont les deux faces d'une même pièce.

La bourgeoisie utilise l'un ou l'autre en fonction de ses seuls intérêts. Car l’État est un appareil au service de la classe la plus puissante qui possède le pouvoir économique et, partant, politique. Il ne peut être autrement dans une société fondée sur l'existence et la lutte des classes. Et comme disaient Marx et Engels, il y a longtemps, «Le gouvernement moderne n'est qu'un comité qui gère les affaires communes de la classe bourgeoise tout entière» (10).

 

Mohamed Belaali

 

---------------------------------

 

(1)http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1968

(2))https://www.lesechos.fr/2018/06/bruno-le-maire-letat-na-pas-vocation-a-diriger-des-entreprises-concurrentielles-973887

(3)https://www.franceculture.fr/economie/covid-19-le-gouvernement-pret-a-nationaliser-des-entreprises-en-difficulte-un-changement-de-doctrine

(4)https://www.liberation.fr/planete/2020/03/17/rome-veut-nationaliser-alitalia-pour-lui-eviter-la-faillite_1782104

(5)https://www.air-cosmos.com/article/donald-trump-nous-devons-protger-boeing-22763

(6)https://www.tdg.ch/economie/trump-tente-sauver-economie-americaine/story/23403826

(7)https://www.lesoleil.com/affaires/ottawa-nexclut-pas-une-aide-aux-entreprises-affectees-par-le-coronavirus-10692ecf5139fd45118c9c780d71a80e

(8)https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/coronavirus-la-bce-s-attend-a-une-recession-considerable-ca779a3fe2ab16723ab27bb5ef9eea29

(9)https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/la-banque-d-angleterre-n-exclut-pas-de-faire-marcher-la-planche-a-billets-842587.html

(10)https://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000a.htm

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires