Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 12:03

visage-hideux.jpg

 

  Fascisme, nazisme, identité nationale, extrême droite etc. sont des mots qui désignent, nonobstant leur capacité d'adaptation à de nouvelles situations, une seule et même réalité: la dictature du capital. Brutalité, démagogie, racisme, xénophobie, islamophobie sont les ingrédients essentiels utilisés ou plus précisément instrumentalisés par la classe dominante, en période de crise, pour maintenir, vaille que vaille, l'accumulation et la concentration de la richesse entre les mêmes mains. La stigmatisation de l'Étranger, du Noir, du Musulman, du Rom etc. lui permet non seulement d'occulter sa responsabilité et celle du capitalisme dans la situation économique et sociale désastreuse que connaît l'Europe aujourd'hui, mais aussi de détourner les travailleurs et les masses populaires des vrais problèmes qui les rongent au quotidien : chômage, précarité, suppression progressive des prestations sociales et régression sociale généralisée.

 

Les bourgeoisies européennes n'arrivent plus à surmonter les crises à répétition du capitalisme. La crise actuelle dépasse largement le cadre bancaire, immobilier ou budgétaire. Il ne s'agit pas d'une crise conjoncturelle et passagère, mais bel et bien d'une crise structurelle dont les racines plongent jusqu'au cœur même du système. Les interventions massives des États, de l'Union Européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI) restent, pour l'instant, impuissantes face à l'ampleur du marasme économique. Les classes dominantes ressemblent de plus en plus à ces magiciens qui ne maîtrisent plus les forces maléfiques qu'ils ont eux mêmes créées !

 

Leur fuite en avant dans les politiques ultra-libérales d'austérité ne fera qu'aggraver la situation économique et sociale d' une Europe déjà ravagée par le chômage et la pauvreté. Ainsi, plus de 23 millions d'hommes et de femmes sont touchés par le chômage dans l'Europe à 27, soit près de 10 % de la population active, selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne(1) et 116 millions de personnes étaient menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale en 2008 soit près de 24 % de la population totale (2).

 

Les plans de régressions sociales que les classes dominantes font adopter par des gouvernements qui gèrent leurs affaires sont de plus en plus contestés malgré une conjoncture défavorable aux luttes sociales. Les travailleurs, à cause du chômage de masse, se livrent sur le marché du travail une guerre fratricide qui brise leur unité face à leur ennemi de classe, la bourgeoisie. Mais même dans ces conditions difficiles, des mouvements populaires formidables ont éclaté et éclatent toujours un peu partout en Europe. Le conflit social mené par la classe ouvrière en France en octobre/novembre 2010 et soutenu par une large majorité de la population est un exemple vivant, parmi tant d'autres, de cette lutte de classes qui secoue l'Europe .

 

Pour détourner les ouvriers et les salariés en général de ce combat de classe contre classe et pour reconquérir une «opinion publique» traumatisée par les différents plans d'austérité et dégoutée par le comportement d'une classe politique corrompue et totalement soumise aux intérêts d'une minorité de très riches, les bourgeoisies européennes inventent des ennemis et montrent du doigt l'Immigré, le Musulman, le Noir, le Rom etc. comme responsables de tous les maux et de tous les malheurs de l'Europe. La fabrication des boucs émissaires permet de décharger la colère populaire sur les victimes de la crise tout en épargnant ses véritables responsables.

 

Ces cibles ainsi désignées, représentent pour une partie des classes populaires, élevée dans la haine de «l'Autre» par l'idéologie dominante, une concurrence insupportable sur le marché du travail. En période de crise, les travailleurs étrangers, ou supposés comme tels, sont présentés comme les responsables du chômage de masse qui ronge l'ensemble des salariés. Le chômage n'est jamais présenté comme le produit le plus authentique du capitalisme et de son système d'esclavage moderne, le salariat, qui lui est associé, mais comme le refus des salariés, de préférence étrangers, de travailler aux conditions du marché. Belle manière pour masquer la responsabilité des patrons dans la situation dramatique des chômeurs !

En période de croissance économique, la bourgeoisie allait chercher la main-d'œuvre là où elle était la moins chère possible, en Afrique et au Maghreb par exemple. Aujourd'hui, les travailleurs immigrés Musulmans, Gitans, Noirs, avec ou sans papiers, avec ou sans nationalité, et leurs enfants sont présentés comme les coupables des crises du capitalisme.

Contre eux, les bourgeoisies européennes mobilisent toutes leurs énergies. De la France au Danemark, des Pays-Bas à l'Autriche, de la Suède à la Suisse en passant par l'Italie, l'Allemagne et la Belgique, la traque est organisée et parfois au plus haut sommet de l'État. En France par exemple, c'est le président de la République N. Sarkozy lui-même qui a ordonné à son ministre de l'intérieur Brice Hortefeux, condamné par ailleurs par la justice pour injures racistes, d'organiser la chasse aux Roms «j'ai demandé au ministre de l'Intérieur de mettre un terme aux implantations sauvages de campements de Roms. Ce sont des zones de non-droit qu'on ne peut pas tolérer en France. La décision d'évacuer les campements sera prise sous la seule responsabilité des préfets» (3).Des ordres précis et secrets sont donnés aux préfets pour « la réalisation minimale d'une opération importante par semaine (évacuation / démantèlement / reconduite) concernant prioritairement les Roms» (4).Ainsi une partie de la population est clairement désignée à la vindicte populaire. Plus les classes dominantes s'enfoncent dans la crise,plus elles deviennent cyniques, brutales et méprisantes.

 

La France de Sarkozy a expulsé des milliers de Roms, comme l'Italie de Berlusconi, l'Allemagne de Merkel ou encore le Danemark d'Anders Fogh Rasmussen pour ne citer que ces pays. Mais les Roms ne sont pas les seuls à faire l'objet de stigmatisations dans toute l'Europe. Les travailleurs immigrés, notamment de confession musulmane, sont également victimes de la xénophobie et de l'islamophobie : «La discrimination envers les musulmans persiste dans les domaines de l’emploi, du maintien de l’ordre, de l’urbanisme, de l’immigration et de l’éducation. Depuis peu, les musulmans sont également visés par des restrictions spécifiques d’ordre juridique», souligne la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) dans son rapport pour 2009 (5).

 

Un peu partout en Europe, les gouvernements, alliés aux partis d'extrême droite ou sous leur pression, font voter par leur parlement des lois interdisant le port du voile dit islamique, de la burqa et autre niqab. La Suisse, elle, fait interdire la construction des minarets ! L'hystérie collective organisée autour de la burqa par exemple ressemble quelque peu à ces Deux Minutes de la Haine décrites par Orwell dans 1984.

Les bourgeoisies européennes instrumentalisent également,dans un continent vieillissant, la peur de «l'Autre» en propageant, en encourageant et en banalisant un discours politique de plus en plus xénophobe et islamophobe.

 

La rhétorique anti-islamique se substitue largement au vide des programmes des gouvernements et des partis politiques. Même dans un pays comme la Finlande, qui compte pourtant très peu de travailleurs immigrés musulmans, l'islamophobie est devenue, dans le cadre de la campagne électorale des législatives d'avril 2011, la question essentielle du débat politique. Mais la Finlande est un pays en crise économique profonde : «La récession mondiale a frappé plus durement la Finlande que la plupart des autres pays de l’OCDE» (6).

Le gouvernement français a, lui aussi, organisé «le grand débat sur l'identité nationale» à quelques mois des élections régionales de mars 2010 qui a vite tourné à la stigmatisation, encore une fois, des travailleurs immigrés musulmans. Il serait fastidieux d'énumérer ici tous les partis politiques européens dont les programmes se réduisent à la stigmatisation et à la haine de l'Islam et des musulmans.

 

 

Les fondements matériels sur lesquels s'élèvent les valeurs dont se targue encore l'Europe s'effondrent lentement sous la pression des changements économiques et avec eux toute cette construction idéologique : droit de l'homme, laïcité, démocratie, État de droit, égalité entre citoyens, libertés individuelles etc. La disparition comme d'ailleurs la réapparition de ces valeurs dépendent de leur base matérielle. Aujourd'hui comme hier, la crise du capitalisme produit, toute proportion gardée, des «valeurs» de haine, de xénophobie, d'islamophobie etc.

Il faut donc s'attaquer au système lui-même et à la classe qui le porte, la bourgeoisie. Ce sont les patrons et non les travailleurs immigrés, quelque soit leur confession, qui exploitent et jettent dans le chômage et la misère les salariés lorsqu'ils n'ont plus besoin de leur force de travail.

Prolétaires de toute l'Europe unissez vous contre votre véritable ennemi, le capitalisme.

 

Mohamed Belaali

 

 

 

 

------------------------------------

(1)http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-30042010

 

(2) http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-13122010-AP/FR/3-13122010

 

(3) Voir le discours de Grenoble du 30 juillet 2010 http://www.elysee.fr/president/les-actualites/discours/2010

 

(4) http://www.rue89.com/2010/09/10/roms-les-conseils-secrets-du-gouvernement-pour-expulser

 

(5) http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/Library/PressReleases/69-08_07_2010_AnnualReport2009_fr.asp

 

(6) http://www.oecd.org/document/3/0,3343,fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 11:32

 

Regression-sociale-copie-1.jpg

 

Une tempête de régression sociale sans précédent souffle très fort sur l'Europe. Elle risque d'emporter dans son sillage l'ensemble des acquis sociaux arrachés de haute lutte par des générations successives. Les classes dirigeantes européennes mènent une véritable guerre contre toutes les avancées sociales, petites et grandes. Elles sont l'ennemi déclaré du progrès. Aucun domaine n'est épargné: Emploi, Durée du travail, Retraite, Famille, Santé, Éducation, Libertés publiques etc. La régression est générale et totale . Le spectre de la misère hante l'Europe. Les ouvriers et les salariés doivent se dresser unis contre cette bourgeoisie rétrograde qui les exploite et les réduit à mener une existence inhumaine.

 

 

Le gouvernement conservateur britannique n'a rien trouvéd'autre pour satisfaire les marchés financiers, et partant la bourgeoisie anglaise, que de faire travailler gratuitement les chômeurs! Il est vrai que celle-ci a toujours méprisé les pauvres et les chômeurs. Malthus, ce pasteur économiste, ne traitait-il pas déjà ai XIXe siècle les chômeurs de criminels qu'il faut tout simplement supprimer? Voilà ce que F. Engels écrivait à ce propos dans « La situation des classes laborieuses en Angleterre» : « Malthus traite le pauvre qui recherche un emploi comme un criminel en lui accolant l’étiquette de «superflu» et recommande à la société de le punir de la mort par inanition»(1). La bourgeoisie n'a pas suivi Malthus sur ce point. Mais elle a supprimé, à travers la Loi de 1834, tous les secours en argent et en aliments. Elle a crééégalement les fameuses et sinistres Maisons de travail (Workhouses) où l'on enfermait les pauvres. On mesure mieux l'immense progrès social qui a été réalisé depuis. Mais le nouveau gouvernement veut aller jusqu'au bout de sa logique rétrograde et destructrice des acquis sociaux.

Les chômeurs ne sont pas les seuls concernés par la régression sociale : les étudiants (triplement des frais d'inscription dans le supérieur), les fonctionnaires ( suppression de 500 000 emplois, salaires gelés...), les handicapés (budget fortement amputé), les retraités (l'âge officiel de départ à la retraite sera fixé à 66 ans dès 2020), les locataires modestes (les allocations logement revues à la baisse), les consommateurs ( le taux de la TVA passera de 17,5 à 20 % en janvier 2011) etc. etc.

 

La bourgeoisie française n'est pas tendre non plus avec les classes populaires. Sa politique de régression sociale n'a rien à envier à celle menée par les riches en Grande Bretagne. Ainsi des dizaines de milliers de postes sont supprimés tous les ans dans la fonction publique notamment dans l'Éducation et la Santé publique. Les dépenses liées à la santé, par exemple, ne cessent d'augmenter dans le budget des ménages :«En huit ans, le poids des dépenses de santé dans le budget des familles a augmenté de 40% à 50% en moyenne» (2)

En 2011, le gouvernement prévoit un train de mesures rendant l'accès aux soins de plus en plus difficile pour les couches populaires (3)

Les ouvriers et les salariés, qui ont la «chance» d'avoir un emploi, sont obligés de travailler toujours plus pour engraisser encore une classe dirigeante oisive. Il faut travailler le jour, la nuit, le dimanche, le lundi et tous les autres jours de la semaine. La loi des 35 heures, mise en place en 2002, est remise en cause. Il faut revenir en arrière et travailler quatre heures de plus alors qu'aujourd'hui le niveau du développement de la société, sur le plan de la science et de la technique, permet de travailler nettement moins. Au XIXe siècle et plus précisément à partir des années 1830, la durée moyenne annuelle de travail était de 3000 heureset de «seulement» 1451 heures en 2006, soit une division par deux (4). Quel progrès social formidable arraché par les salariés aux patrons !

 

Mais Le gouvernement actuel veut faire tourner la roue de l'histoire en arrière. Il veut asservir tout un peuple en lui imposant de travailler jusqu'à 67 ans. Travailler tout le temps et jusqu'à 67 ans ou plus, voilà l'idéal de cette bourgeoisie libérale et moderne ! Quelle régression sociale !

 

rgressionssociale-2.jpg

 

En Grèce, en Irlande, au Portugal et en Espagne la situation économique et sociale des classes laborieuses n'est guère meilleure. Les gouvernements de ces pays, des authentiques représentants de la bourgeoisie, s'acharnent avec un zèle singulier à détruire tout ce que les ouvriers et les salariés en général ont obtenu grâce à leurs combats et à leurs sacrifices passés : suppression massive des emplois dans la fonction publique, suppression ou diminution drastique des prestations sociales, réduction et gel des salaires des fonctionnaires, baisse du salaire minimum lorsqu'il existe comme en Irlande qui passe de 8.65 l'heure à 7.65, baisse des pensions de retraite et allongement de la durée de cotisation, hausse de la taxe sur la valeur ajoutée payée essentiellement par ceux qui ne peuvent épargner puisqu'il s'agit d'un impôt sur la consommation etc. etc. etc. Par contre l'impôt sur les bénéfices des sociétés en Irlande par exemple, lui, reste inchangé : 12.5 % seulement, le plus faible des pays capitalistes industrialisés !

Le chef du gouvernement espagnol, le social-démocrate José Luis Zapatero, a décidé début décembre 2010 une nouvelle batterie de mesures pour satisfaire les marchés financiers. Signalons, entre autres, la suppression de l'allocation exceptionnelle de 426 euros accordée aux chômeurs en fin de droit et la réduction de l'impôt sur les sociétés pour les petites et moyennes entreprises. Ce énième plan prévoit également la privatisation partielle d'aéroports et le transfert de la gestion publique des aéroports de Madrid et de Barcelone au secteur privé avec toutes les conséquences sociales désastreuses, comme l'allongement de la durée du travail, pour les salariés.

Pour manifester sa reconnaissance à Zapatero, la bourse de Madrid a bondi de 4,4% juste après l'annonce de ces décisions antisociales. La Commission européenne, à son tour, a salué «la détermination du gouvernement» (5). Par contre, les contrôleurs aériens, eux, ont déclenché immédiatement une grève surprise très suivie. La réponse du gouvernement social-démocrate espagnol fut tout aussi rapide en déclarant «l'état d'alerte», une première dans l'Espagne post-franquiste ! Le vice-chef du gouvernement Alfredo Perez Rubalcab a déclaré, après une réunion d'urgence du gouvernement, « s'ils ne vont pas travailler, ils commettront un crime de désobéissance en vertu du code pénal militaire»!(6)

 

Les plans de régression économique et sociale se répètent, se succèdent et se ressemblent étrangement. Ils ont tous le même dénominateur commun : faire payer très cher au peuple les crises du capitalisme. Le peuple doit souffrir pour que les banquiers, les spéculateurs et autres parasites vivent dans l'opulence. Paul Lafargue (1842-1911), dans son célèbre «Droit à la paresse» décrit ainsi la France capitaliste, les banques et les prolétaires : « La France capitaliste, énorme femelle, velue de la face et chauve du crâne s'allonge sur un canapé de velours.(...) La banque à museau de fouine, à corps d'hyène et main de harpie, lui dérobe prestement les pièces de sans sous de la poche. Des prolétaires apportent aux pieds de la France capitaliste des monceaux de marchandises, de barriques de vin, des sacs d'or et de blé ».

 

Les bourgeoisies européennes, aidées par les agences de notation, le Fonds monétaire international( FMI), dont le patron n'est autre que Dominique Strauss-Kahn, la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et toutes les institutions de l'Union, ne reculent et ne reculeront devant rien pour trouver les milliards d'euros nécessaires à la survie du capital (7). Celui-ci, à l'instar du vampire, ne peut s'animer et s'épanouir qu'en suçant la richesse produite par les salariés. Plus il en pompe, et plus il en réclame ! Les salariés sont ainsi réduits à de simples machines à produire, sans trêve, de la richesse pour le compte de la classe dirigeante.

 

Des peuples entiers, de l'Irlande en Espagne, du Portugal à la Grèce en passant par la Grande Bretagne, l'Italie et la France, sont soumis au diktat du capital et de la classe qui le porte. C'est ce despotisme qui font, entre autres, de la bourgeoisie une classe méprisable car son mépris pour les hommes est sans limites. Elle leur enlève toute dignité et toute humanité.

 

Si l'Europe s'enfonce lentement dans les ténèbres, d'autres pays au monde ont choisi de sortir de l'obscurité et nous donnent quelques lueurs d'espoir. Certains peuples d'Amérique latine ont décidé de suivre une autre voie, celle du progrès social et du respect de la dignité humaine . Le cas de la Bolivie par exemple est très significatif à cet égard. Le peuple bolivien, guidé par le Mouvement vers le Socialisme d'Evo Morales, a non seulement engagé depuis 2005 un processus de réappropriation des richesses du pays auparavant entre les griffes des multinationales, mais il vient de réaliser une conquête sociale de portée historique : l'âge de départ à la retraite passe de 65 à 58 ans ! Certes la Bolivie n'est pas l'Europe, mais l'expérience de certains pays d'Amérique latine montre aux travailleurs européens, qui n'ont rien à attendre de leurs bourgeoisies respectives, qu'une autre voie est possible. Les travailleurs européens n'ont d'autres choix que de relever la tête et se dresser unis contre leur ennemi de classe, la bourgeoisie qui les méprise tant.

 

 

Mohamed Belaali

 

 

------------------------

(1)K Marx, F Engels «Critique de Malthus». Petite collection Maspero, page 69.

 

(2) http://www.lesechos.fr/patrimoine/assurance/300388937-la-sante-coute-50-plus-cher-aux-famille

(3) http://www.20minutes.fr/article/602514/societe-budget-securite-sociale-deficit

 

(4) Voir Alternatives Économiques, hors-série n° 80 page 60.

(5) Voir Le Monde du 3 décembre 2010

 

(6) http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde

(7) Le 2 décembre 2010, la BCE a décidé de fournir aux banques des sommes illimitées à des taux fixes avantageux. Voir Le Monde du 4 décembre page 12.

De son côté, La Commission européenne a publié les montants d'aides publiques autorisés par ses soins qui s'élèvent à 4 589 milliards d'euros : «le volume des aides publiques en faveur du secteur financier, autorisées par la Commission européenne entre octobre 2008 et octobre 2010, s'est élevé à environ 4.589 milliards euros». Voir Mediapart du 4 décembre, http://www.mediapart.fr/article/

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 18:49

Coluche.jpg

 

 

«Si dans 10 ans on existe encore, ça voudra dire qu'on aura perdu», disait  Coluche  en 1985. Vingt-trois ans après, les Restos du cœur non seulement sont toujours là, mais fleurissent un peu partout comme, paradoxalement, la misère qui leur permet d’exister et de se développer. Chaque année, des millions de repas sont distribués par des bénévoles dévoués et sincères  à des centaines de milliers de pauvres  sans parler des milliers de bébés aidés par des « Restos et points Bébés du cœur ». Ces chiffres sont en augmentation constante. Il s’agit d’une véritable institution aimée par les grands médias et aidée par l’Etat. Mais c’est aussi et surtout le miroir d’une société qui célèbre, presque dans la joie, année après année la détresse et la souffrance humaine.

 

Des hommes et des femmes attendent sagement alignés derrière une ligne imaginaire, souvent dans le froid et sous la pluie, de recevoir leurs colis alimentaires dans l’indifférence quasi générale. Qui sont-ils ? Ce sont des femmes seules avec ou sans enfants, retraités avec pension de misère, jeunes précaires, travailleurs pauvres,  personnes en fin de droit, Rmistes,  bénéficiaires des minima sociaux,  agriculteurs, SDF, etc. etc. L’afflux massif de retraités aux Restos montre à quel point les pensions sont insuffisantes pour vivre et mourir dignement.


Des hommes et des femmes pauvres dans un pays riche ! Des hommes et des femmes broyés par la machine infernale de l’économie de marché ! Une économie qui produit sans trêve richesse pour les uns et misère pour les autres. Cette misère plonge donc ses racines dans cette recherche sans limites du profit.


De la gestion des situations provisoires, les Restos se sont transformés, sous la pression du chômage et de la précarité, en une véritable institution condamnée à durer et à se développer. Leur sort est intimement lié au capitalisme. La crise de celui-ci va leur envoyer des bataillons entiers de laissés-pour-compte : « avant même le démarrage de la campagne, les inscriptions sont en hausse de 5 à 10% par rapport à l'année dernière »(1) déclarait Olivier Berthe, président de l’association. Les Restos du cœur, comme d’ailleurs toutes les associations caritatives, ont un « bel » avenir devant eux !


Ces aspects de la charité sont souvent ignorés par les grands médias notamment la télévision. Les images qu’elle diffuse tendent à occulter les véritables causes de la misère. Par contre, les concerts, spectacles et autres show organisés en faveur des Restos, eux,  sont bien montrés. Artistes, sportifs de haut niveau, hommes et femmes politiques…bref, tout ce beau monde est  ainsi mobilisé et  projeté régulièrement sur la scène médiatique. Cette médiatisation à outrance de la charité permet de mieux exploiter la générosité des bénévoles et des citoyens et d’éviter du même coup tout travail de réflexion sur les racines politiques et économiques de la misère. Cela permet également à l’Etat de se décharger sur les associations caritatives et de remplacer les prestations fondées sur le droit par la charité et la morale avec tous ses  préjugés et toutes ses culpabilisations. L’Etat, par le biais de la loi Coluche, offre aux  généreux donateurs une réduction d’impôt égale à 75 % du montant du don. Un manque à gagner qui aurait pu contribuer par exemple à la construction des logements sociaux dont les familles et leurs enfants qui errent dans les rues par milliers ont tant besoin. Dans son projet de loi de finances pour 2009, le gouvernement prévoit une baisse de 30 % des crédits alloués à la construction des logements sociaux ; consacrant par là son désengagement de la politique du logement social au moment même où il fait beaucoup de bruit avec le droit au logement opposable.


Les riches, eux, peuvent  se donner bonne conscience à peu de frais en jetant quelques miettes aux plus démunis qui doivent de surcroît se courber pour les ramasser. Cette forme de violence  sociale, soigneusement masquée par l’idéologie dominante, reste invisible.

 

L’Histoire nous enseigne que les avancées sociales, petites et grandes, n’ont jamais été données par générosité ou par charité, mais toujours arrachées de haute lutte.

 

Mohamed Belaali    

 

(1er. décembre 2008)

 

            

------------------------------------

(1) http://www.france24.com/fr/20081201-lancement-campagne-restos-coeur-climat-tres-morose

 

 

 

 

Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 20:29

 

Abraham Serfaty

 

Abraham_Serfaty.png

 

Le militant marxiste marocain Abraham Serfaty vient de nous quitter à l'âge de 84 ans (1926/2010).

Il est né à Casablanca dans une vieille famille juive dont les racines plongent jusqu'à Oued El Kebir en Andalousie d'où elle fut chassée en 1492.

 

Serfaty était un défenseur acharné de la cause palestinienne et un antisioniste convaincu. C'est lui qui disait «Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l’envers juif de l’hitlérisme [...] Elle proclame l’Etat d’Israël "Etat juif avant tout", tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne».

 

Anticolonialiste, il fut arrêté et emprisonné par les autorités françaises en 1950 et assigné à résidence jusqu'en 1956 par le ministre de l'intérieur de l'époque François Mitterrand !

 

Diplômé de l'École des mines de Paris, il rentre au Maroc et occupe plusieurs responsabilités plutôt techniques que politiques dans le gouvernement du Maroc indépendant. En 1960, il devient le Directeur de l'Office chérifien des phosphates. Il est renvoyé de son poste en 1968 pour avoir soutenu publiquement les mineurs en grève à Khouribga.

 

Il quitte le parti communiste qu'il juge sectaire et réformiste et crée avec d'autres militants marocains dont le poète A.Laabi, le mouvement Ilal Amam (en Avant) en août 1970.

 

Rejetant tout compromis avec le Palais, critiquant l'ensemble de la gauche «officielle», Serfaty se trouve avec ses camarades face au régime d'Hassan II. Arrêté et torturé en janvier 1972, il est libéré sous la pression des luttes sociales qui se développaient dans tout le pays.

 

Pour échapper à la police du régime qui le poursuit à nouveau, Serfaty entre dans la clandestinité.

La police arrête son fils Maurice âgé alors de 20 ans et sa sœur Éveline. Si Maurice ignorait où se cachait son père, Éveline, elle, le savait. Même sous la torture elle n'a pas parlé. Elle décéda deux ans plus tard des suites des sévices qu'elle a subis dans les centres de torture. « Tu parles ou on te tue. Ils t'ont tué Éveline. Tu n'avais pas parlé» écrivait le poète A. Laabi.

 

Arrêté plus tard avec ses camarades, torturé sauvagement, il écrit dans les Temps modernes d'avril 1986 « On doit (…) tout faire pour oublier ces heures immondes, pour retrouver une figure humaine après des mois et des mois d'avilissement physique, pour que le cœur ne tremble plus à chaque son qui rappelle cette voix basse qui me chuchotait à l'oreille «Nuhud» ( lève toi), et je savais que c'était pour la torture».

 

Entre 1974 et 1976 quasiment toute la direction du mouvement « En Avant» était arrêtée. Abdelatif Zeroual, camarade et ami de Serfaty est mort sous la torture. D'autres ont sombré dans la folie.

 

Serfaty sera libéré en 1991 grâce à une campagne de solidarité internationale.

 

En tant que militant marxiste, Serfaty était également pour l'autodétermination des peuples. Pour trouver une solution au conflit qui oppose le Front Polisario au Maroc, il proposait l'organisation d'un référendum dans cette région tourmentée.

 

Communiste, internationaliste, anticolonialiste et antisioniste, Serfaty était tout cela à la fois.

 

Son souvenir restera gravé dans la mémoire de la classe ouvrière marocaine pour laquelle il a sacrifié une grande partie de sa vie.

 

Mohamed Belaali.

Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 12:30

 

 

ecouter la colère

 

 

 

«Écoutez la colère du peuple» disait une pancarte brandie par un manifestant devant le Sénat. Le peuple de France est réellement en colère contre Sarkozy, son gouvernement et tout ce qu'ils représentent. Il a su créer un formidable mouvement de protestation contre toutes les humiliations qu'il subit tous les jours. Quels que soient le déroulement et l'issue de ce mouvement, il s'inscrira sans doute dans l'histoire de ce pays comme une page glorieuse et comme une belle leçon de résistance à l'arbitraire.

 

 

Il s'agit d'une véritable révolte qui dépasse largement le cadre de la «réforme» des retraites. Toutes les villes de France et parfois même les villages sont touchés par la contestation populaire. Malgré la propagande quotidienne, le mensonge, la répression, la population reste déterminée à lutter contre ce gouvernement corrompu et en déliquescence. Même les directions syndicales, moins radicales que leurs bases, ont été surprises par la vitalité de ce mouvement réellement populaire.

 

Les sacrifices consentis par la population sont à la hauteur des injustices et des souffrances qu'elle subit : arrestations en série, poursuites pénales, tracasseries judiciaires, conflits avec l'employeur, perte de salaire pendant les grèves, vacances annulées, projets différés etc. etc.

 

La lutte au jour le jour a ressuscité des valeurs de solidarité, d'entraide, de complicité et de convivialité entre les manifestants et la population : soutien moral et financier apporté aux grévistes des raffineries, paroles d'encouragement prononcées depuis leurs fenêtres ou leurs balcons par des habitants lors des manifestations ( «bon courage», «il faut continuer»...). Même les citoyens qui se sont trouvés ici ou là «bloqués» par l'action des grévistes n'hésitent pas à manifester d'une manière ou d'une autre leur solidarité avec les contestataires : sourires et coups de klaxon des automobilistes et des routiers, gestes de sympathie des voyageurs etc.

 

Cette solidarité se manifeste également entre générations à l'image du système de retraite par répartition. Lycéens et étudiants, avec une formidable énergie, apportent leur soutien à leurs parents en manifestant massivement contre cette funeste «réforme» : «Papa, maman je l'aurai votre retraite» écrivait une jeune manifestante sur sa pancarte! Il n'est pas rare non plus de voir des enseignants protéger leurs élèves devant les lycées contre les brutalités policières.

 

 

Papa--maman--je-l-aurai-votre-retraite.jpg

 


Ces valeurs de solidarité et de camaraderie s'opposent radicalement à celles de la concurrence, de la compétitivité, de la rentabilité et de l'individualisme de la classe dirigeante. Le «chacun pour soi» est remplacé ici par le «tous ensemble».

 

La démocratie qui règne dans les assemblées générales ouvrières, la grève et ses valeurs d'unité, de dévouement et de sacrifices contrastent tristement avec les décisions prises dans l'ombre par quelques uns, exécutées par le gouvernement, le parlement et propagées par les médias de la classe bourgeoise.

 

Cette résistance aux injustices et cette formidable solidarité entre manifestants et entre ces derniers et le reste de la population s'inscrivent dans la lignée des meilleures traditions de luttes de ce pays: 1848, 1871, 1968, 1995, 2003, 2006.

 

Si le Président puise sa force dans sa faiblesse, car privé de tout soutien populaire, le mouvement de contestation, lui, s'est déployé et s'est développé en s'appuyant sur de larges couches de la population.

 

Mais cette faiblesse du pouvoir politique est largement compensée par le pouvoir économique, celui de la minorité que représente la classe dirigeante qui possède les moyens matériels pour imposer sa domination. Car l'autoritarisme, la répression généralisée, la propagande intense, le mépris de la démocratie etc. du pouvoir politique actuel ne sont que l'expression de la brutalité exercée par le capital sur le travail. Sarkozy n'a été porté à la tête de l'État par cette classe minoritaire que pour servir les intérêts des plus riches.

 

 

La France est ainsi fondamentalement coupée en deux classes aux intérêts et aux objectifs diamétralement opposés. A la France des industriels, des banquiers, des marchés financiers, des compagnies d'assurances (comme Malakoff Médéric dont le patron n'est autre que le frère de Sarkozy), des agences de notation, des spéculateurs et des parasites en tout genre, s'oppose la France des ouvriers et des salariés producteurs de richesses. Et quel contraste entre cette France officielle corrompue, ennemie du progrès, destructrice des acquis sociaux et résolument tournée vers le passé et la France réelle qui se bat pour un avenir plus lumineux !

 

Mohamed Belaali

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 19:12

 

Le-marche-de-la-mort.jpg

 

La mort est devenue une triste et vulgaire marchandise qui se vend et s'achète sur un marché fleurissant. Les croque-morts réalisent d'énormes profits en prenant en charge intégralement le défunt et sa famille tout en exploitant la douleur de leurs clients. Le développement récent de la crémation ne fait que renforcer cette marchandisation croissante de la mort. Le profit s'est ainsi installé entre les vivants et les morts rendant leurs liens de plus en plus inhumains.

 

Longtemps l'activité funéraire était le monopole des communes. Depuis la loi Sueur du 8 janvier 1993 , elle est désormais contrôlée par le marché. La mort fut ainsi privatisée!

 

Les sociétés de pompes funèbres se développent, entre autres, au rythme du vieillissement de la population et du nombre de décès. Les projections de l'INSEE concernant l'évolution de la population sont éloquentes : le nombre de personnes de plus de 60 ans doublera et celui des décès passera de 530 000 en 2005 à 770 000 en 2049 soit une augmentation de 45 %. Les entreprises funéraires exploitent bien évidemment un besoin auquel tout le monde est confronté!


La demande sur ce marché rentable ne peut que continuer à croître. Il s'agit donc d'un marché prometteur, dynamique et si l'on peut dire vivant. Mais c'est aussi un marché où la concurrence est, paradoxalement, absente. Or la loi de 8 janvier 1993 (2) avait pour objectif majeur l'abolition du monopole communal de l'activité funéraire pour lui substituer la concurrence des opérateurs privés. La loi Sueur voulait également protéger les familles, fragilisées par le deuil, contre d'éventuelles pratiques opaques et abusives des prix. Là encore l'échec est total. Ainsi selon UFC-Que Choisir, «ces pratiques expliquent la hausse considérable des prix des obsèques (34% en dix ans) et les différences de prix totalement injustifiées» (3). Les familles frappées par le deuil ne peuvent donc compter sur la protection des gouvernements (4). La complicité de l'État avec les croque-morts, comme d'ailleurs avec tous les détenteurs du capital, est un fait bien établi.

 

Le mort et ses proches sont intégralement pris en charge par les entreprises funéraires.La liste de leurs prestations est impressionnante. Aucun aspect lié de près ou de loin à la mort ne leur échappe. Cela va de l'organisation des funérailles proprement dites avec leur «cortège» interminable de produits et de services, aux formalités administratives en passant par les contrats de prévoyance. Chaque article, chaque prestation est chèrement facturé. Concernant les contrats de prévoyance, la guerre fait rage, de votre vivant déjà, entre les sociétés de pompes funèbres, les banquiers, les compagnies d'assurance, les mutuelles santé et autres organismes de prévoyance. Ces institutions savent que la mort est un marché très lucratif. Les entreprises funéraires exploitent non seulement la vulnérabilité des familles dans des moments singuliers, mais aussi leur volonté d'accompagner dignement leur proche à sa dernière demeure.

Il faut préciser que l'offre et la demande sur ce marché ont beaucoup évolué. La thanatopraxie (technique qui consiste à embaumer le mort pour lui donner les apparences de la vie) par exemple est de plus en plus pratiquée. Les familles utilisent également les chambres funéraires, structures commerciales, pour le recueillement et les visites. Aujourd'hui de plus en plus de personnes décèdent à l'hôpital ce qui nécessite le transport du corps dans des véhicules spécialisés. Ces pratiques et bien d'autres, qui ne sont pas toutes obligatoires, augmentent nettement le prix final perpétuant ainsi, dans la mort, les inégalités sociales.

 

Certainement le marché évoluera vers de nouvelles prestations et donc de nouvelles tendances et pratiques, nécessaires ou non. Les marchands de la mort trouveront là une juteuse extension de leurs activités. Et avec leurs techniques marketing de plus en plus sophistiquées, ils imposeront leurs rites, leurs cérémonies et leurs lois à des familles déchirées et déstabilisées par la douleur. Déjà, les pompes funèbres tentent d'exploiter les préoccupations des citoyens pour leur environnement. Le Voeu, un opérateur funéraire important, estime que «la France accumule un retard par rapport à ses voisins européens et anglo-saxons. Dans ces pays, la démarche respectueuse de l’environnement intègre déjà tous les aspects de la filière» (5). Pompes Funèbres Général (PFG) ou Le Choix Funéraire proposent déjà des cercueils «écologiques». Le cercueil de cette dernière entreprise par exemple «estconçu de façon écologique avec 80% de bois de chêne issu de forêts durablement gérées. Le tissu recouvrant l'intérieur est en matières naturelles et d'origine renouvelable. Enfin, la finition du bois est sans solvant et les poignées ont été choisies en bois pour faciliter leur biodégradabilité!»(6). Les cercueils en carton, beaucoup moins chers, existent également. Mais les grandes sociétés de pompes funèbres, dont la vente des cercueils représente des marges substantielles, rechignent pour l'instant à les commercialiser. Cercueils en bois ou en carton, la logique reste invariablement la même : faire du profit. «L'écologiecapitaliste» est une valeur porteuse, comme en politique d'ailleurs, et les pompes funèbres ne vont pas tarder à proposer à leurs clients des «obsèques vertes»! Là encore la mort se révèle un marché fructueux.

 

La religion elle même n'échappe pas à cette logique marchande. Quelques soient vos croyances et votre religion, les entreprises funéraires sont toujours là pour vous prendre en charge moyennant un prix le plus souvent élevé. Les rites catholiques, musulmans, juifs, bouddhiste etc. ne sont sur ce marché que des produits qui se vendent et s'achètent comme n'importe quel autre article de commerce. André Comte-Sponville disait « Ce que la religion apporte, lorsqu'on a perdu un être cher, ce n'est pas seulement une consolation possible; c'est aussi un rituel nécessaire, un cérémonial, même sans faste, comme une politesse ultime, face à la mort de l'autre, qui aiderait à l'affronter(...)» (7). On peut ajouter que ce cérémonial religieux non seulement se fait aujourd'hui avec un certain faste, mais surtout se transforme de plus en plus en rituel commercial !


D'autres pratiques plus ou moins marginales encore se manifestent ici ou là sur ce marché. Des sites proposent ainsi «l'insertion et la consultation d'avis de décès, de pages d'hommages et de faire-parts de mémoire(... ) pour laisser une trace éternelle des personnes qui nous sont chères». D'autres exploitent la messagerie posthume: « Écrivez de votre vivant les messages d'amour ou d'amitié que vous désireriez transmettre à titre posthume aux personnes qui ont marqué votre vie»(8).

 

Mais la tendance de fond reste la crémation tout du moins en France, car elle est très développée dans des pays comme la Suède, le Danemark, la Grande Bretagne, la Suisse etc. où sa part dans l'ensemble des obsèques dépasse les 70 %. En France cette part ne représente, selon le CREDOC, que 28 % en 2007. Mais ce taux est en forte progression puisqu'il n'était que de 1 % en 1979. Le nombre de crémations a été multiplié, lui, par 27 entre 1980 et 2008 selon la Fédération Française de Crémation (FFC) (9). Les crématoriums sont eux aussi en augmentation constante passant de 7 en 1975 à 28 en 2008 (10). De belles perspectives de profit donc pour les pompes funèbres qui vendent toutes des obsèques avec crémation! En effet les marchands de la mort organisent dans le moindre détail chacune des étapes de la cérémonie y compris la dispersion de vos cendres. Nonobstant une législation stricte sur ce dernier point, la loi du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire n'interdit nullement aux pompes funèbres d'accomplir ou plus précisément de vendre aux familles cette prestation (11). La loi stipule « Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence»; elle a simplement oublié que ces «restes» humains dans cette société, sont une marchandise livrée aux opérateurs privés dont l'unique but est de faire du profit.

 

Une autre pratique apparaît et se développe notamment dans les pays nordiques; il s'agit de la promession présentée comme plus écologique encore que la crémation. Cette fois ce n'est plus la chaleur qui va réduire votre corps en cendre, mais le froid. Le cadavre du défunt est transformé en poussière grâce à l'azote liquide. Ce procédé n'est pas encore autorisé en France. Il le sera probablement lorsqu'il deviendra rentable pour les pompes funèbres. L'écologie n'est qu'un prétexte que les entreprises funéraires n'hésiteront pas à exploiter comme elles le font déjà avec la crémation. Si cette technique peut-être bénéfique pour notre planète, il n'en demeure pas moins que ce n'est pas là leur but qui reste toujours le même : faire du chiffre.

 

Le poète abbasside Al Maari (973 – 1057) disait, en substance que«la tristesse à l'instant de la mort est autrement plus intense que la joie au moment de la naissance». Les marchands de la mort ne reculent devant rien pour arriver à leur fin. Ils exploitent, en plus de la force de travail de leur salariés, un sentiment singulier et commun à tous les hommes: la tristesse et la douleur liées à la perte d'un être cher. Le marché de la mort, peut-être plus encore que celui de la naissance, a donc un bel avenir devant lui.

 

Le marché de la mort est le miroir d'une société marchande qui a perdu ses repères humains; il ne lui reste comme guide et comme horizon ultime que le profit.

 

Mohamed Belaali.

(3 février 2010)

 

---------------------------------

(1)http://www.ined.fr/fichier/t_telechargement/21187/telechargement_fichier_fr_publi_pdf1_pop.et.soc.francais.429.pdf

 

(2) http://www.jpsueur.com/archives/mediatheque/Texte_lgislatifs/LoiOperationsFuneraires.pdf)

 

(3)http://www.quechoisir.org/Ressources/Positions/Ressources_Positions_2A79A2626722E249C12574EF003C327B/etude-services-funeraires.pdf)

 

(4) A cet égard, voir le travail de l'Association Française d'Information Funéraire (AFIF):

http://www.paca-communiques.com/communique.php?id=15741

 

(5) http://www.capgeris.com/services-funeraires-907/funeraire-les-francais-veulent-passer-au-vert-a13312.htm

 

(6) http://www.lecoinbio.com/20081030456/ecolo-au-quotidien/consommation/mourir-bio-avec-le-nouveau-cercueil-ecologique.html

 

(7) André Comte-Sponville, L'Esprit de l'athéisme. Introduction à une spiritualité sans Dieu, Paris, Albin Michel, «Le Livre de poche», 2006, p. 19-20.

 

(8) Voir notamment (www.net-obseques.com) et (www.messavista.com)

 

(9) http://www.cremation-france-ffc.com/WD110AWP/WD110Awp.exe/CTX_960-2-mWDKahGcZm/PAGE_Accueil2/SYNC_189435656?LIBHTM_LIBELLE8L1

 

(10) http://www.afif.asso.fr/francais/conseils/conseil33.html#STATISTIQUES%20POUR%20LA%20FRANCE%20

 

(11) http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-41028QE.htm

 

 

 

 

 

Repost 0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 12:09

 

Lutte-des-cl2.jpg

 

 

 

La lutte des classes s'aiguise de plus en plus. La bourgeoisie montre chaque jour qui passe son visage hideux qu'elle dissimulait pendant les périodes «paisibles» à travers son idéologie véhiculée essentiellement par les grands médias qu'elle possède. Tout son discours sur le droit de grève, de manifestation, de libre circulation etc. est mis à mal par les pressions multiformes et la répression qu'elle exerce sur le mouvement social qui se déroule sous nos yeux. Plus la lutte dure dans le temps, plus cette classe devient brutale, arrogante et odieuse.


La classe dirigeante est prête à utiliser tous les moyens dont elle dispose pour écraser la contestation populaire. Elle fait feu de tout bois. Président de la République, gouvernement, députés, sénateurs, intellectuels, journalistes, experts en tout genre, policiers, CRS, la BAC etc. sont mobilisés pour venir à bout d'un mouvement, somme toute, pacifique.

 

Deux classes aux intérêts diamétralement opposés s'affrontent ouvertement. D'un côté des millions d'hommes et de femmes, soutenus par une large majorité de leur concitoyens, qui défendent leur pension de retraite durement acquise et refusent de travailler toujours plus longtemps pour la bourgeoisie, de l'autre, une classe minoritaire, corrompue et parasite mais disposant de tous les pouvoirs et s'accrochant à ses privilèges.

 

 

manif-de-masse.jpg

 

 

Les salariés sont prêts à sacrifier leurs maigres économies pour soutenir une lutte de longue haleine: « C'est pas facile, question budget, reconnaît Gérard, cheminot. C'est même un sacré manque à gagner. Les fins de mois sont plus dures, sans aucun doute. Je me souviens, en 95, on avait eu presque un mois de grève ! Là, on avait souffert…» http://www.ladepeche.fr. Un autre ouvrier criait à la face des journalistes qu'il allait liquider son plan d'épargne pour tenir le plus longtemps possible!

La bourgeoisie ne peut comprendre que de simples ouvriers peuvent lui tenir tête en sacrifiant des journées, voire parfois des semaines de salaires. Ses représentants au gouvernement, eux, attendent cyniquement l'essoufflement de la révolte en usant de la propagande et de la répression physique, psychologique et idéologique. Un combat inégal!

 

La classe dominante ne reculera devant rien pour défendre ses intérêts si le mouvement populaire perdure. Toute l'histoire des luttes de classes le montre. Déjà, elle utilise la force contre les salariés des raffineries en grève et les menace de les réquisitionner et même de les jeter en prison en cas de résistance de leur part. Elle menace les routiers de poursuites pénales s'ils continuent à bloquer les routes et les péages d'autoroute en solidarité avec leurs camarades des autres secteurs professionnels.

 

Lutte-classes5.jpg

 

Le gouvernement s'est également attaqué aux lycéens qui ont rejoint le mouvement social. Un adolescent de 16 ans a été gravement blessé par un tir de flash-ball. Personne ne sait s'il va conserver son œil. Ce cas dramatique ne doit pas cacher la brutalité policière exercée sur les lycéens en lutte. Combien d'adolescents ont été matraqués, gazés, traînés au sol, gardés à vue et humiliés ? Mais cette répression aveugle ne fait que renforcer la détermination d'une jeunesse, dont l'avenir reste sombre, à se battre contre un pouvoir qui la méprise.

 

Quelle que soit l'issue du conflit, les salariés en général et les ouvriers en particulier ont déjà gagné, non seulement sur le plan moral en se battant contre une «réforme» réellement injuste, mais surtout ils ont pris conscience que l'État, le parlement, la police, les médias etc. sont contre eux et, partant, sont au service des patrons qui les exploitent tous les jours. La lutte dans l'unité leur a permis d'identifier clairement leurs ennemis de classe et le caractère bourgeois de la démocratie. Leurs intérêts et ceux de la classe dominante sont en contradiction totale. Ce combat de classe à classe dépasse, de ce fait, le cadre syndical et devient un combat politique.

 

Mohamed Belaali

 

 

 

Addenda

 

Deux classes irréconciliables que tout sépare:

 

 

Ils sont les exploiteurs

Nous sommes les exploités

 

Ils sont les oppresseurs

Nous sommes les opprimés

 

Ils sont les dominants

Nous sommes les dominés

 

Ils sont les bourgeois

Nous sommes les prolétaires

 

Ils sont le capital

Nous sommes le travail

 

Ils ont le profit

Nous avons le salaire

 

Ils gagnent sans travailler

Nous travaillons sans gagner

 

Ils sont les parasites

Nous sommes les travailleurs

 

Ils sont une petite minorité

Nous sommes la grande majorité

 

Ils défendent la société de classes

Nous luttons pour une société sans classes

 

Ils sont le passé

Nous sommes l'avenir

 

 

Mohamed Belaali

 


Repost 0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 05:55

 

 

Haiti-3.jpg

 

 

«...Alors que les Haïtiens ordinaires souffrent, les riches familles de Port-au-Prince continuent de vivre dans le luxe» (1). Si les soldats américains, les forces de l'ONU et les ONG humanitaires par dizaines sont toujours présents sur le sol de ce pays meurtri, rien ou presque rien n'a été fait pour la population qui continue à vivre dans des conditions inhumaines neuf mois après le terrible séisme qui a emporté des centaines de milliers de vies humaines. L'humanitaire n'est qu'un cynique prétexte utilisé par les puissances capitalistes pour servir leurs propres intérêts.

 

 

 

Les rescapés du tremblement de terre du 12 janvier 2010 sont toujours livrés à eux-mêmes. Ils continuent à vivre dans des camps improvisés : «1,5 million de personnes vivent encore dans des abris de fortune» selon l'ONU citant des sources gouvernementales(2). Les haïtiens par milliers s'entassent dans les rues et les places publiques chassés des camps installés auparavant sur des terrains privés. Les rues sont toujours encombrées de gravats rendant la circulation quasi impossible. «Je ne vois pas de changement, il n' y a aucune évolution» disait une rescapée de Port-au-Prince (3).

 

Selon Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) enHaïti, «les hôpitaux de campagne et les cliniques mobiles ont disparu alors que paradoxalement, la situation des victimes n’a pas changé»(4).

Le Service Jésuite aux Réfugiés(SJR) déplore une situation «critique» dans les camps non officiels et dénonce la violence exercée sur les femmes lors de la distribution de l'aide humanitaire (5).

Les premières intempéries du mois de septembre 2010 ont déjà fait des victimes dans les camps, toujours provisoires, des sinistrés : «Une première évaluation a permis de dénombrer cinq morts dans les camps où sont réfugiés des dizaines de milliers de sans-abri du séisme du 12 janvier» a déclaré à l'AFP Edgard Célestin, responsable de communication de la Protection civile haïtienne.

 

Haiti.jpg

 

Des hommes, des femmes et des enfants déjà durement frappés par le séisme, se retrouvent à nouveau sans protection aucune, à la merci de vents violents etde fortes pluies.

Les grands blessés du séisme vivent dans des conditions épouvantables et leur état de santé risque de se dégrader davantage encore. Les plus pauvres, c'est à dire la majorité de la population, sont maintenant menacés de famine et de maladies mortelles.

 

Quel contraste entre le zèle déployé avec faste par les «humanitaires» les premiers jours du séisme et la sinistre situation actuelle de l'immense majorité de la population haïtienne !

Où sont passés les milliards de dollars promis au peuple haïtien ? Qui va demander des comptes sur l'utilisation des fonds réunis par toutes ces ONG grâce à leur marketing «humanitaire» et à la cynique exploitation de la générosité des citoyens ?

Quel est le résultat concret de ce show humanitaire et de ce tapage médiatique sur les sinistrés et notamment sur les plus démunis d'entre eux neuf mois après le séisme ? Nul ou quasiment nul.

 

Car l'aide humanitaire n'a pas pour objectif d'aider les hommes et les femmes dans la détresse, mais d'utiliser les drames humains pour servir les intérêts de ceux qui la manipulent. Ce sont ces mêmes impérialistes qui ont détruit, à travers leurs programmes d'ajustement structurel, les services publics pour les remplacer par la charité des ONG humanitaires. L'aide humanitaire est subordonnée aux calculs et aux stratégies des puissances impérialistes notamment des États-Unis qui l'instrumentalisent cyniquement pour leurs seuls intérêts. L'humanitaire est une forme de corruption par des aumônes plus ou moins déguisées. Il sert à maintenir dans la dépendance les dominés pour mieux les asservir. Il est au service des classes dominantes.

 

Mais les sinistrés savent en même temps que l'aide humanitaire ne leur est pas vraiment destinée puisque leur situation matérielle reste désastreuse malgré la présence massive de toute sorte d'acteurs humanitaires. Les ONG par exemple ne sont pas toujours bien vuespar la population locale qui doute de leur impartialité. Les salaires élevés des cadres de ces organisations, les 4x4 qu'ils utilisent parfois pour circuler dans les quartiers sinistrés et les hôtels de luxe qu'ils fréquentent contrastent tristement avec la situation misérable des rescapés. Leur proximité avec l'armée américaine et l'arrogance avec laquelle elles traitent parfois les sinistrés les éloignent de ceux qu'elles veulent aider. « Nous ne voulons pas de ce type d’aide humanitaire qui profite beaucoup plus aux ONG qu’à nous autres qui sommes dans les camps à l’attente de miettes qui tombent des ONG comme si nous étions des mendiants », pense l’un des déplacés (6) . Il n'est pas rare de voir sur les murs de Port-au-Prince des slogans dénonçant les USA, l'ONU, le président René Préval et les ONG. L'hostilité de de la population locale à leur égard devientde plus en plus grande. Certaines ONG, obsédées par la sécurité, contractent à des prix exorbitants une protection armée auprès des compagnies de sécurité privées pourlesquellesl'humanitaire n'est qu'un marché parmi tant d'autres (7).Tout le monde trouve son compte sauf les... sinistrés!

 

Les manifestations et les révoltes de la population sont réprimées par le pouvoir local très contesté et par la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d'Haïti (Minustah) c'est à dire par ceux-là mêmes qui sont sensés«soutenir les efforts humanitaires» !(8).


L'un des objectifs des élections du 28 novembre 2010, outre de permettre de placer au pouvoir celles et ceux qui serviront le mieux les intérêts de l'impérialisme américain et de la bourgeoisie locale, est justement d'empêcher toute révolte populaire. C'est ce que craignent le plus les classes aisées et les acteurs humanitaires qui se précipitent à les organiser. Car ils sentent monter dans tout le pays la colère du peuple qui a plus besoin d'améliorer sa situation matérielle quede participer aux élections: «Le problème le plus immédiat, en dehors de la reconstruction, est l'organisation des élections présidentielles et législatives(...) Le risque d'agitation sociale existe, et le peuple haïtien peut être fier qu'il n'y ait pas eu de troubles importants jusqu'à présent, malgré la dureté et la précarité de la situation dans laquelle se trouvent tant de Haïtiens», écrit Ban Ki-moon (9).


Il faut que l'ordre règne pour que les familles aisées continuent à s'engraisser. En effet pendant que des millions de travailleurs pauvres vivent dans des conditions dramatiques « ces familles(...) font des bénéfices actuellement grâce à la dernière tragédie de leur pays»(10).

 

L'aide humanitaire est une forme de violence sociale invisible exercée sur les plus démunis qui doivent, de surcroît, se courber pour l'obtenir. C'est une espèce de charité laïque utilisée par les classes dominantes pour leurs seuls intérêts. L'humanitaire, comme la charité, c'est en quelque sorte la morale d'une société de classes amorale.

 

 

Mohamed Belaali

 

----------------------------
(1) wsws.org/articles cité in blog.emceebeulogue
(2) http://www.un.org/apps/news
(3) tahiti-infos.com/Haiti-neuf-mois-apres-le-seisme

(4) haitilibre.com/article-607-haiti-reconstruction-apres-6-mois

 

(5) http://www.reliefweb.int/rw/rwb

 

(6) http://elouidor.blog.fr

 

(7) humanitaire.blogs

 

(8) minustah.org

 

(9) un.org/apps/news

 

(10)Patrick Martin, wsws.org cité in blog.emceebeulogue

Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 08:45

 

TERESA2.jpg

 

 

On vient de tuer froidement une femme de 41 ans, déficiente mentale, juste après la tombée de la nuit jeudi 23 septembre

2010.


"Il n'y a pas eu de complication", a dit le porte-parole des autorités pénitentiaires. L'injection mortelle s'est très bien passée!...

 

Les journalistes qui ont assisté à cette exécution ont dit que Teresa Lewis «semblait effrayée»!

 

Ils ont dit également que son dernier repas, était constitué de «poulet, haricots verts, gâteau au chocolat et tarte aux pommes»! Quel humanisme!


Cette exécution ne s'est pas passée en Iran, ni à Cuba, ni au Vénézuela etc. mais aux États-Unis, pays qui exporte la lumière, la civilisation, les droits de l'homme, la démocratie... à travers toute la planète.


C'est pour cela peut-être que Teresa Lewis n'a pas mérité les indignations de nos philosophes, artistes, hommes et femmes politiques.


Pas de mobilisation, pas de pétitions, pas de lettres, pas de manifestations pour Teresa Lewis.


Leur émotion et leur indignation très sincères n'ont d'égales que leur silence sur l'exécution de Teresa Lewis.

Il est vrai aussi que Teresa l'américaine n'est pas Sakineh l'iranienne.


L'universalité des émotions s'efface devant les intérêts de la bourgeoisie et de ses serviteurs.

La grandeur de nos intellectuels, artistes etc. et leur capacité à s'émouvoir sont proportionnelles à leur degré de soumission aux puissants.


Peut être pensent-ils que l'injection létale, qui a empêché les poumons de Teresa Lewis de respirer et son cœur de battre, par des américains civilisés est plus raffinée et plus moderne que "les pierres jetées"(1) par ces grands méchants iraniens, barbus cruels et barbares.

 

 

Mohamed Belaali

 

-----------------

 

(1) La lapidation n'existe plus en Iran

Repost 0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 11:58

 

Pakistan-inondation-2.jpg

 

 

20 millions de Pakistanais, privés quasiment de tout, errent à travers un pays dévasté et ravagé par de violentes inondations. La brutale montée des eaux a déjà laissé derrière elle plusieurs centaines de victimes. La famine commence à faire son apparition et menace des millions d'êtres humains. La situation sanitaire est catastrophique. Plusieurs millions d'enfants risquent d'être emportés par des maladies mortelles selon les Nations Unis. Ban Ki-moon, en visite dans le pays, disait lui-même qu'il n'avait «jamais vu une catastrophe d’une telle ampleur». L'ampleur du désastre n'a d'égale que la profonde souffrance de la population pakistanaise livrée à elle-même. Mais si l'aide humanitaire se fait toujours attendre, le matériel militaire de l'OTAN pour la poursuite de la guerre contre les talibans en Afghanistan voisin circule, lui, normalement ! La sale guerre impérialiste passe avant l'aide humanitaire. Pire, pendant que les pakistanais affrontent, dans des conditions inhumaines, cette terrible catastrophe, l'armée américaine continue à bombarder le Nord-Ouest du pays faisant des dizaines de victimes civiles (1). Pour les États-Unis et leurs alliés, la population pakistanaise qui résiste à l'hégémonie impérialiste dans la région ne mérite aucune aide. L'humanitaire doit servir l'intérêt des puissances capitalistes.

 

 

Le grand spectacle humanitaire organisé par les pays impérialistes, leurs ONG, leurs sportifs, leurs artistes et leurs médias concernant le séisme haïtien contraste avec le silence, l'indifférence et le mépris avec lesquels la tragédie pakistanaise est traitée. C'est que le Pakistan n'est pas Haïti! Et même dans le cas de ce dernier pays, plus de neuf mois après le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010, rien ou presque rien n'a été fait pour une population abandonnée à son triste sort alors que les troupes américaines et les ONG humanitaires par dizaines sont toujours présentes sur le sol haïtien. Mais au moins, on a réussi à transformer la tragédie haïtienne en un immense show humanitaire et médiatique (2).

Le drame pakistanais, lui, n'a été traité qu'avec parcimonie par les médias bourgeois. Et malgré une présence massive des grandes ONG (largement dépendantes des États occidentaux et de l'Union Européenne), l'aide humanitaire pour le Pakistan n'arrive qu'au compte-goutte. Ici nul spectacle humanitaire, nul appel aux dons lancé directement par les médias, nulle opération de relation publique des multinationales et nul battage médiatique. La souffrance du peuple pakistanais se fait dans le silence.

Ironie du sort, le Pakistan est le principal producteur mondial des tentes humanitaires. Mais les industriels américains veulent remplacer les fabricants locaux et vendre aux pakistanais des tentes beaucoup plus chères: «Aider le Pakistan, aider Haïti sont des réactions humanitaires appréciables des États-Unis, surtout s'ils adoptent la stratégie «aide des USA, made in USA» écrivent-ils(3). L'humanitaire c'est aussi du business, il s'arrête là où s'arrêtent également les intérêts des puissances impérialistes!

Il faut dire que sur l'échiquier international, le Pakistan occupe une position singulière à cause de son histoire mouvementée, de sa puissance nucléaire et de sa frontière avec l'Afghanistan.

Le Pakistan a été « Conçu à la hâte et mis au monde prématurément par une césarienne de dernière minute » disait Tarik Ali (4). Il a été également amputé du Cachemire toujours disputé par l'Inde et privé de sa partie orientale, le Bangladesh.

Le Pakistan a payé chèrement son indépendance nucléaire à cause du refus américain. Le gouvernement démocratiquement élu d'Ali Bhutto, le père de l'arme nucléaire pakistanaise, fut renversé par un coup d'État militaire dirigé par le général-dictateur Zia avec la bénédiction des États-Unis. Ali Bhutto fut jugé et exécuté en 1979.

En 1999, un nouveau coup d'État porte au pouvoir un autre général-dictateur, Pervez Mucharraf, le ferme soutien des américains dans la région (on le surnommait d’ailleurs dans le pays... Busharraf !).

Benazir Bhutto, fille d'Ali Bhutto, fut assassinée à son tour en 2007 et de lourds soupçons pèsent toujours sur Mucharraf dans cet assassinat.

Au total depuis sa création en 1947, le pays a connu pas moins de quatre coups d'État militaires. Il est inutile de préciser que la main de Washington est derrière, pour ainsi dire, tous ces événements majeurs qui ont fortement bouleversé ce pays.

Aujourd'hui, l'Afghanistan voisin est toujours occupé par les puissances impérialistes menées par les américains. La résistance afghane, de mieux en mieux organisée, de plus en plus unie, porte des coups décisifs aux armées d'occupation.

Le Pakistan entretient avec cette résistance des relations ambiguës et complexes. En tout cas, les pays occidentaux soupçonnent fortement l'armée pakistanaise et ses services secrets, les fameux Inter-Services Intelligence (ISI), de coopérer avec les talibans pakistanais et surtout afghans. En effet, le Pakistan tient à garder ses vieilles relations avec ces derniers dans le but de préserver ses intérêts stratégiques et surtout de ne pas laisser le champ libre à une autre puissance nucléaire, l'Inde son ennemi de toujours. Car les américains, tôt ou tard, seront contraints de quitter l'Afghanistan: «Si l'Amérique s'en va, le Pakistan est très inquiet d'avoir l'Inde à sa frontière Est et l'Inde en Afghanistan à sa frontière Ouest» (5). Le gouvernement pakistanais redoute que l'Inde développe, après le départ des américains, des relations privilégiées avec les talibans afghans. Rappelons tout de même que de 1947 à 1999 le Pakistan et l'Inde, deux puissances nucléaires, se sont livrés quatre guerres successives. Islamabad considère en quelque sorte l'Afghanistan comme sa chasse gardée.

Le Pakistan n'est pas prêt à abandonner ses relations, même ambiguës, avec les talibans nonobstant les pressions fortes des États-Unis.

En tout cas, les pakistanais sont présentés à l'opinion publique occidentale, comme les amis de ces grands méchants talibans barbus, cruels et primitifs.

Nous les civilisés de l'occident capitaliste, nous n'allons tout de même pas apporter notre secours aux amis de nos ennemis! Notre humanité a des limites.

Ces deux peuples (afghan et pakistanais) se retournent aujourd'hui contre nous alors que grâce à nos valeureux soldats, nous essayons de leur apporter démocratie et prospérité tout en protégeant leurs femmes.

Les quelques bombes qui tombent de part et d'autre de leur frontière commune et qui font des victimes innocentes ne sont que des erreurs, des bavures bien évidemment...

Et notre présence «là-bas», c'est pour leur bien, n'est-ce-pas ? On leur construit des écoles, des hôpitaux, des routes etc. Mais ces barbares ne comprennent rien à rien! Il ne comprennent que le langage de la force : «Nous n'avons pas le droit de renoncer à défendre nos valeurs. Nous n'avons pas le droit de laisser les barbares triompher»(6).

Mais derrière la diabolisation du pakistanais et de l'afghan, comme d'ailleurs du cubain, de l'iranien, du palestinien, du nord-coréen, de l'irakien etc. se cachent des intérêts impérialistes. Car ces mêmes «barbares» de talibans, on les appréciait bien et on les appelait même les Moudjahidines de la liberté lorsqu'ils combattaient la présence soviétique en Afghanistan (1979-1989)! Pour faire barrage à l'armée russe, les américains ont financé, entraîné et armé ces «combattants de la liberté» et le Pakistan devint leur allié privilégié dans la région.

Ainsi le civilisé d'hier est devenu lebarbare d'aujourd'hui!Seule la bourgeoisie, pour ses intérêts, est capable d'un tel exploit. Les ennemis comme les amis d'ailleurs ne sont jamais permanents; seuls les intérêts sont permanents!

 

L'humanitaire dans un ordre économique, social et politique profondément injuste qui n'accorde aucune valeur à la vie humaine, ne peut que servir les puissances capitalistes qui l'instrumentalisent cyniquement pour leurs seuls intérêts.

A bas l'humanitaire capitaliste!

Vive la solidarité entre les peuples!

 

Mohamed Belaali

 

-------------------------------------

 

(1) http://www.latribune-online.com/monde/39339.html

 

(2) L'humanitaire au service du capital:le cas de Haïti

 

(3) lemonde.fr/idees/article/2010/09/06/l-aide-au-pakistan

 

(4) Tariq Ali « Le choc des intégrismes », Textuel, 2002.

 

(5) Déclaration de Tariq Fatemi, un ex-ambassadeur du Pakistan, au New York Times.

Cité in www.wsws.org

 

(6) rue89

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0